Corey Goode, messager des Aviens Bleus (de l’Alliance des Êtres des Sphères)

Identifié comme un Intuitif Empathique (IE) ayant des aptitudes de précognition, Corey Goode a été recruté par un des programmes MILAB, dans son enfance à l’âge de 6 ans. Il a été entraîné et a servi dans le programme MILAB de 1976 à 1986 / 87. Vers la fin de cette période, il a été chargé, en tant qu’Intuitif Empathique, d’une mission de soutien pour le Délégué de la Terre (siège tournant partagé par les groupes du gouvernement secret de la terre), dans un Conseil de la Super Fédération d’Extraterrestres de ‘type humain’.

MILAB est un terme qui désigne l’enlèvement de personnes par des militaires pour les endoctriner et les entraîner en vue de nombreux programmes militaires ‘black ops’ (opération clandestines).

Les aptitudes d’Intuitif Empathique de Goode ont joué un rôle important dans la communication avec les êtres non-terrestres (appellée ‘interfaçage’), faisant partie d’un des Programmes Spatiaux Secrets (PSS). Durant ses 20 années de service, il a connu une grande variété d’expériences et d’affectations, incluant le Programme d’interception et d’interrogation des intrus, une mission au ‘ASSR ISRV’ (Auxiliary Specialized Space Research, Interstellar Class Vessel : Recherche Auxiliaire Spécialisée de l’Espace, Vaisseau de Classe Interstellaire) et beaucoup d’autres. Tout cela s’est passé dans le cadre d’une convention ‘20 ans avec Retour’, de 1986 /87 à 2007, avec rappel au travail jusqu’à ce jour. voir son site internet : https://fr.spherebeingalliance.com/about-me

PARALYSIE DU SOMMEIL : Les visiteurs de la nuit

La paralysie du sommeil est un phénomène encore assez mal connu bien que relativement répandu. Ceux qui en sont les victimes se réveillent en pleine nuit incapables de bouger et avec une sensation d’étouffement parfois accompagnée d’hallucinations visuelles ou auditives. Cette paralysie, qui génère une grande angoisse, serait due à une irruption du sommeil paradoxal dans l’état de veille: l’atonie musculaire caractéristique du sommeil paradoxal se poursuit bien que le sujet soit parfaitement conscient. Lire la suite : https://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Les-visiteurs-de-la-nuit-711566

 

Griffes_original_backup

Histoire vraie du contact d’un OVNI venu d’une planète appelée IARGA

5142Drjc75L._SX195_

Soudain, sortie de l’obscurité, une intense lumière bleu-blanc d’un projecteur clignota.
Elle semblait venir d’un point directement devant la proue, et en même temps, j’ai
entendu un son aigu qui couvrait le bruit du moteur. Mon cœur se mit à battre la
chamade. Cela se passa si rapidement qu’il me fallut plusieurs secondes avant de réagir.
Je voulus faire machine arrière mais il était trop tard ! Avec un bruit effrayant, le bateau
s’arrêta contre quelque chose de solide, mais quoi ? Qui sur Terre serait au milieu du
chenal sans lumières ? Tremblant, j’arrêtai le moteur. J’arrêtai le moteur et dans
l’immobilité soudaine j’ai vu le visage surpris de Miriam passant la tête par la porte de la
cabine.
J’ai crié « qui est là ? », en direction de l’eau. En réponse, la lumière s’est éteinte. Miriam
est venue sur le pont et derrière elle se tenaient les enfants terrorisés. «Regarde… là…
dans l’eau. » Cela ressemblait à la coque d’un navire renversé et se trouvait à environ 8
mètres. « Qui est là? » ai-je appelé une deuxième fois. Le projecteur s’est rallumé ; un
faisceau lumineux très étroit balaya l’eau et jeta une lumière froide sur le côté de
l’embarcation. Mon souffle s’arrêta quelques secondes. Transporté par le courant, un
corps humain flottait, le dos tourné vers le haut, apparemment sans vie. Les actions qui
ont suivi ont été réalisées dans une sorte de frénésie. Je n’avais qu’une pensée à l’esprit :
faire quelque chose rapidement, avant que le corps ne dérive dans l’obscurité… Télécharger le livre : https://martouf.ch/utile/fichiers/2015_10_26_16_21_ma_rencontre_avec_les_extraterrestres_partie_i_.pdf

 

Ouvrage de Sonia Jacobé, abductée

Sonia Guy nous présente dans ce livre, sous forme de journal, sa rencontre avec l’Invisible.

Depuis l’enfance elle est sujet psi et a vécu de multiples expériences qui l’ont parfois déstabilisée mais qui ont aussi contribué à la mener sur le chemin de l’éveil spirituel.

Elle se dévoile ici avec pudeur et sans concession et, ce qui donne encore plus de sens à sa quête car elle se met et se remet sans cesse en cause, cherchant à comprendre le sens de ce qui lui arrive.

Cela a donné lieu à des analyses, des rencontres, des échanges.

Dépassant son simple cas personnel, Sonia a entrepris de donner à sa quête un sens commun. Elle propose des échanges entre expérienceurs (personnes vivant des expériences dites extraordinaires) et des professionnels d’horizons multiples : chercheurs en physique quantique, philosophes, psychologues, sociologues, chamanes… afin d’apprendre à réfléchir et à travailler ensemble sur ce vaste sujet qu’est la vie de l’Esprit et la Conscience.

Elle propose un regard nouveau sur l’évolution de l’humanité qui permettra à chaque espèce de s’ouvrir à la « voie bleue », passerelle entre Ciel et Terre, entre les Invisibles et nous.

Le psychologue Nicolas Dumont, le philosophe Jean-Jacques Jaillat et la sociologue Sylvie Joubert apportent leur éclairage aux expériences vécues par Sonia.

2440-large_default

histoire de Sonia racontée par le psychologue Nicolas Dumont (à partir de 1:12:20)

Nyon: Rencontre du IIIe type en 1977

Vers 14h30, Mme V., Brigitte et Nathalie s’inquiètent de voir une épaisse fumée s’élever du champ de maïs voisin (voir plan). C’est une colonne de fumée semblable à celle d’un feu de broussailles, s’élevant d’un point précis. Brigitte s’empare des jumelles et tente de voir exactement ce que c’est. Il lui semble distinguer un dôme métallique qui dépasse du champ à travers la fumée.

Les nerfs à vif après les observations de la matinée, elles pensent immédiatement à leur strauss, avant même d’avoir aperçu le dôme. Elles décident avec appréhension d’aller y voir de plus près. Et toutes trois se dirigent vers le champ de maïs. Mme V., la première, rebrousse chemin en courant: « Vous ne vous rendez pas compte, cela faisait drôlement peur. Je n’ai jamais couru aussi vite de ma vie! Même Jazy ne m’aurait pas rattrapée! » Elle rit nerveusement en nous narrant cet épisode.

Nathalie va jusqu’à la voie de chemin de fer, puis fait demi-tour en prétextant que les chats la suivent et qu’il ne faut pas qu’ils se perdent. Brigitte continue seule (car, comme l’a dit César : « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves ! »).

Elle traverse la voie ferrée, remonte le fossé, et longe le champ de maïs au bord de l’autoroute. A ce moment-là, la fumée a cessé. Brigitte remarque alors qu’une voiture s’est arrêtée sur l’accotement. L’automobiliste s’approche d’elle et lui demande ce qu’elle cherche en l’air (Brigitte regardait si la strauss du matin était toujours là). Elle lui résume les événements et l’homme lui dit qu’il a vu un engin semblable le matin en se levant, qui est resté une demi-heure immobile. Après quoi le conducteur reprend sa route.

Brigitte va jusqu’au bout du champ et s’arrête stupéfaite: à travers les épis, elle voit un être d’apparence tout à fait humaine excepté la couleur de son visage, qui lui fait face, à environ quarante mètres. L' »homme » est vêtu d’une combinaison métallisée et porte cagoule, gants, botte, ceinture également métalliques. Les cinq boutons de sa combinaison sont de même couleur, que Brigitte compare à celle du boîtier de sa montre à quartz. L’être est de taille normale, mais sa peau est d’un verdâtre tirant sur le bleu. Il n’y a que son visage qui est nu. Il porte à la ceinture, sur le côté gauche, un objet long d’une vingtaine de centimètres (voir dessin). Il est immobile, mais ses lèvres remuent, et Brigitte se demande ce qu’il peut bien raconter tout seul au milieu du champ, mais elle n’entend aucun son. Lire la suite : http://www.ovni.ch/helvetie/nyon.htm

Rencontre du 3ème type en plein Genève

L’observation a eu lieu dans le quartier des Palettes, banlieue de Genève, durant l’hiver 1982. A l’époque, ce quartier avait déjà une urbanisation dense, mélange de grands immeubles et de villas. Il est environ trois heures du matin, une nuit de février ou mars 1982. M. se réveille et se lève car son bébé de cinq mois, qui dort dans la même chambre que ses parents, est nerveux.  Elle aperçoit alors une lumière étrange, assez concentrée, au dehors. Comme elle est fatiguée, elle retourne se coucher.
Elle se réveille presque tout de suite et observe alors comme un rayon de lumière qui entre dans la chambre par l’espace laissé libre par le store presque fermé de la fenêtre. Cette « lumière » ne se comporte pas comme un rayon de lumière habituel, mais semble « couler » le long des murs, comme une bande que l’on déroule. La lumière ne traverse pas l’espace de la pièce pour éclairer quelque chose, mais avance le long des murs et des objets, comme un ruban qui aurait besoin d’un support. A moitié endormie, M. pense « Je ne veux pas qu’on touche à mon bébé », et la lumière se rétracte pour ressortir par la fenêtre. Lire la suite : http://www.ovni.ch/enquetes/palettes2.htm

occupation_entite

Une rencontre du 3ème type racontée par Danielle Goyette

«Je me souviens d’une nuit terrible. J’ai eu le sentiment d’être électrocutée sur mon lit d’eau alors que trois petites silhouettes sombres et bizarres se tenaient tout à côté et m’observaient. J’étais incapable de réagir. Ils m’ont appliqué sur la tête un genre de casque et quelque chose dans la bouche pour retenir ma langue. C’était comme si je flottais dans l’eau de mon lit. J’ai ensuite reçu des chocs électriques qui m’ont traversé le corps de la tête aux pieds, et ça s’est répété toutes les deux secondes durant des heures. Quand tout fut terminé, j’étais totalement épuisée. J’en ai vomi un liquide clair bizarre. Ce fut une expérience bien réelle et très physique dont je me rappelle encore chaque seconde.» Lire la suite : http://www.dark-stories.com/quebec-insolite/rencontre-exceptionnelle-du-troisieme-type.html

ovni-quebec-insolite

L’ufologue belge Godelieve van Overmeire aurait noté dans les années 1990 un cas d’enlèvement à Strasbourg de février 1972

Un des humanoïdes a approché le témoin et lui a dit par télépathie ce qui suit: « Nous sommes vos parents, réunis par la nature. » Se rapprochant il a inséré un petit flacon de verre dans le coin de l’oeil du témoin et en a retiré du liquide. Elle a alors entendu dans son esprit, « Ces contacts ont lieu avec un grand nombre de personnes dans le but d’éviter votre destruction mutuelle et la disparition de votre race. » Puis, sans dire un mot les humanoïdes ont échangé des signaux mystérieux, que le témoin a été incapable de comprendre. Un des êtres a alors approché le panneau métallique et a appuyé, il est redevenu lumineux. Elle a entendu des messages télépathiques supplémentaires, tandis que les humanoïdes semblaient avoir disparu de la vue. Un des messages était: « Chaque être humain est un univers en miniature. »

Lire l’article : https://ufologie.patrickgross.org/ce3/1972-02-00-france-strasbourgf.htm

Le groupe d’ufologie CEUFO, de Patagonie, Argentine, et Planeta UFO, ont rapporté le 28 octobre 2009, une rencontre rapprochée du troisième type

Le groupe d’ufologie CEUFO, de Patagonie, Argentine, et Planeta UFO, ont rapporté le 28 octobre 2009, une rencontre rapprochée du troisième type a prétendument eu lieu dans la province de La Pampa dans les derniers jours, impliquant une femme de 65 ans qui avait déjà eu une expérience précédente avec le même type de créature en 2007.

Ce nouvel épisode aurait eu lieu le mardi 20 octobre 2009 peu après 20:00 heures, dans une communauté de 1500 habitants. La femme était sur le point de rentrer chez elle après avoir dit au revoir à son petit-fils, quand elle a remarqué la présence d’un être étrange dans son salon. La femme a pris son courage à deux mains et s’est dirigée vers un meuble dans le but de parvenir à un appareil photo numérique avec lequel de photographier l’intrus.

Quand elle s’est retournée pour ce faire, l’être a placé l’une de ses mains sur ses avant-bras. La femme a dit: « A ce moment, j’ai senti que je perdais de la vigueur et je me suis évanouie ».

L’être a été décrit comme ayant près de 2 mètres de haut, très mince mais très fort, comme l’a ressenti la femme quand l’être a mis sa main sur elle. Ses yeux « paraissaient enfoncés dans son visage », mais ils donnaient une sensation de « tendresse ». Le nez a été décrit comme simiesques et la bouche comme « une ligne mince », et sa peau était verdâtre ou gris foncé, et avec des plis qui donnaient l’impression de « rides ». Interrogée sur le nombre de doigts des mains de l’entité, elle a dit avoir « sensti » qu’il y avait cinq doigts. Lire la suite : https://ufologie.patrickgross.org/ce3/2009-10-20-argentina-lapampaf.htm